Retour à la page précédente

Commémoration du centenaire de l’armistice

Cérémonies du 11 novembre 2018 : «Centenaire de la guerre 1914-1918»

A l’occasion du 100ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, les Maires des communes de COURCELLES SUR VIOSNE et MONTGEROULT vous convient aux cérémonies du souvenir qui auront lieu :

  • A 10H30 au monument aux morts de Courcelles sur Viosne
  • A 11H15 au monument aux morts de Montgeroult

Les enfants de l’école primaire s’associeront à ces commémorations, ainsi que des habitants des 2 villages réunis pour l’occasion au sein d’une chorale éphémère.

A l’issue des cérémonies, un vin d’honneur vous sera offert par les deux municipalités à la maison du village de Montgeroult.

Il vous y sera présenté une exposition d’objets et de documents de la Grande Guerre.

Nous comptons sur votre mobilisation et votre participation !

Histoire du monument aux morts de Courcelles sur Viosne

Le 25 mai 1919, le Conseil municipal de Courcelles sur Viosne décide de faire établir un monument dans le cimetière pour honorer les soldats originaires du village qui sont morts pour la France. Il fera aussi établir une plaque commémorative dans la mairie sur laquelle seront inscrits les morts et les vivants,  soldats de la 1ère guerre mondiale, avec les promotions et récompenses obtenues.

Un crédit de 500 francs est inscrit au budget une souscription publique est également ouverte.

Le 27 juin 1919, Mr Lempereur, Maire, soumet aux conseillers les projets de monuments reçus en mairie, celui de Mr Delpeut est retenu.

Le monument sera en pierre d’Euville et posé sous le porche de L’église.

Le 25 août 1919, le résultat de la souscription est de 710 francs Mr le Maire charge Mr Hubeaut, Léopold entrepreneur en maçonnerie de faire le soubassement en béton dans le cimetière pour y mettre le monument.

Février 1920 : Mr le Maire expose au conseil municipal que la dépense s’élèvera à 3500 francs environ, la commune a déjà versé 500 francs, la souscription publique a produit 740 francs, il reste à trouver 2260 francs. Il  va adresser des demandes de subventions à l’Etat, au département de Seine et Oise, mais il restera probablement un découvert de 2000 francs et le mieux est d’avoir recours à un emprunt.

Mr le Maire offre de prêter à la commune la somme de 2000 francs remboursable sur 10 ans au taux d’intérêt de 6 % payable en 2 termes par annuité. Le conseil municipal autorise Mr Junot, maire adjoint, à contracter cet emprunt et vote une imposition extraordinaire de 7 centimes additionnels au principal des 4 contributions pendant 10 ans devant produire annuellement une somme égale au montant de l’annuité.

Le 30 mai 1920, un crédit de 1100 francs est voté pour le massif bétonné armé pour la pose du monument et 700 francs pour la pose de la plaque de marbre à la mairie.

Mais Mr le Maire explique que la pose d’un monument aux morts dans le cimetière implique l’obligation de verser à la  caisse du Bureau de bienfaisance qui gère les concessions du cimetière la part lui revenant : 9 m2 à 150 francs l’un soit 1350 francs, le Conseil accepte.

Le 7 novembre 1920, le Conseil municipal décide de conserver à côté du monument 2 m2 pour établir à la demande des familles la sépulture de soldats morts pour la France qui seront ramenés  à Courcelles et ce, à perpétuité. Il vote à cet effet la somme de 200 francs pour le Bureau de bienfaisance.

Pour en savoir plus sur le centenaire de la grande guerre, vous pouvez consulter les sites suivants :